Flux RSS


Yahoo! 
MSN 
AOL 
Netvibes 
Bloglines 


Marque-page social

Marque-page social Digg  Marque-page social Delicious  Marque-page social Reddit  Marque-page social Stumbleupon  Marque-page social Slashdot  Marque-page social Furl  Marque-page social Yahoo  Marque-page social Google  Marque-page social Blinklist  Marque-page social Blogmarks  Marque-page social Technorati  

Conservez et partagez l'adresse de RASTA DE FRANCE EVOLUTION sur votre site de social bookmarking

Derniers sujets
» Hôtel ibis Chateau Thierry
Mar 25 Oct - 12:21 par Mélanie FRUIT

» Patois rasta
Mer 19 Oct - 13:12 par Mélanie FRUIT

» RASTA DE FRANCE: Règles
Lun 17 Oct - 15:42 par Mélanie FRUIT

» Développement du mouvement
Lun 17 Oct - 15:34 par Mélanie FRUIT

» Ouverture de la culture rastafari au reste du monde
Lun 17 Oct - 15:26 par Mélanie FRUIT

» Rastas et hippies
Lun 17 Oct - 15:24 par Mélanie FRUIT

» Retour en Afrique - « Repatriation »
Lun 17 Oct - 15:22 par Mélanie FRUIT

» Racines du mouvement
Lun 17 Oct - 15:18 par Mélanie FRUIT

Connexion

Récupérer mon mot de passe

Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 46 le Mer 19 Oct - 17:50
Partenaires

   

Patois rasta

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Patois rasta

Message  Mélanie FRUIT le Mer 19 Oct - 13:12

Le patois rasta, aussi appelé « Dread talk », « I-ance » ou encore « I-yaric » est le langage que les rastas ont élaboré de façon à se rendre indépendants du joug colonial qui pesait sur le peuple jamaïcain.
Cette langue revêt également aux yeux des rastas l’apparence d’une ré-interprétation de l’héritage reçu et une affirmation de leur culture, mélange de racines africaines, et de culture rasta.

Le patois rasta n’a pas vu le jour à une date précise, il s’agit plutôt d’une longue et lente évolution, depuis le XVIIIe siècle jusqu’à nos jours, d’un mélange de langue anglaise et créole.

Pendant le XVIIIe siècle, la Jamaïque est une colonie britannique très prospère, la couronne d’Angleterre revendique même cette île comme le joyau de ses colonies. Les planteurs anglophones et les travailleurs africains mêlent leurs cultures comme en témoignent certains textes de l’époque qui relatent des événements festifs communs comme le Jonkonnu, des croyances communes afro-chrétiennes et des mélanges linguistiques entre créole et anglais.

La période de l’entre-deux-guerres sonna le glas de la prospérité jamaïcaine, les problèmes sociaux émergents dès le début du siècle commencèrent à s’intensifier.
Les esclaves affranchis ayant obtenu le statut d’ouvrier se retrouvèrent, pour beaucoup, sans travail et sans terre. Nombre d’entre eux partirent pour aller travailler sur des chantiers à l’étranger comme celui du canal de Panama ; beaucoup quant à eux migrèrent vers les villes de l’île essentiellement à Montego Bay, Kingston et Mandeville.
Dans ces villes la population fut multipliée par trois, les infrastructures n’étant pas suffisantes, de nombreux ghettos émergèrent ce qui amplifia et concentra les troubles politiques et sociaux.
Ce terrain propice à soutenir des initiatives sociales locales ciblées fut envahi par de nombreux meneurs syndicaux comme Alexander Bustamante, des activistes politiques comme Norman Manley, des pan-africanistes comme Marcus Garvey et des promoteurs du mouvement rastafari comme Leonard Howell, tous s’unirent autour du même but : combattre et bouter hors de l’île le colonisateur britannique.
Pour cela ils se livraient à de longs discours, chacun prenait la parole sur une tribune et s’adressait à la foule.
Peu à peu, le langage s’enrichit des contributions de chacun, les rastas apportant notamment la richesse des allégories issues de la Bible à leurs exposés qui se teintaient ainsi de solennité.
De nombreux contestataires, dont ceux cités précédemment, étaient issus de la rue et leurs apports teintèrent les discours de termes argotiques crus et secs.
Ce langage dérivé de l’anglais usité dans les champs de coton et sur les marchés pendant la colonisation est essentiellement oral et, aujourd’hui encore, le patois rasta n’est pas formalisé à l’écrit.

Mélanie FRUIT
Admin

Messages : 36
Date d'inscription : 17/10/2011
Age : 29
Localisation : France

Voir le profil de l'utilisateur http://rasta-de-france.exprimetoi.net

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum